Le télétravail: une analyse comparative entre la France et la Suisse

S’il est difficile de mesurer l’impact économique et sociétal de la crise sanitaire actuelle, on peut toutefois affirmer avec certitude que le (premier) confinement a bouleversé nos rapports au travail, et de facto, nos attentes en matière de logement et de bureau. Certains diront que l’expérimentation « forcée » du télétravail a été une grande première pour un grand nombre d’entre nous. D’autres parleront tout simplement d’un accélérateur de tendance qui est en place depuis un certain nombre d’années déjà. En tout cas, le travail n’est plus ce lieu unique représenté par le bureau conventionnel. Et les entreprises devront prendre en compte cette nouvelle donne dans l’organisation du travail et de leurs bureaux, un défi pour elles dans la mesure où il faudra concilier entre le bien-être des collaborateurs et l’optimisation des coûts.

Covid et confinement: point de bascule pour le télétravail?

Même si on observe des différences prononcées entre les pays en termes de mesures prises pour enrayer la pandémie, avoir une vision plus large de la crise collective que l’Europe est en train de traverser s’est imposée comme une nécessité à de nombreux acteurs de la branche immobilière. Comprendre et quantifier, c’est la mission que nous nous sommes donnés dans notre édition d’automne de l’Immo-Monitoring qui consacre un chapitre spécial sur le confinement et l’environnement de travail. Dans ce blog, Wüest Partner a voulu aller un peu plus loin en effectuant une analyse comparative entre la Suisse et la France pour laquelle l’impact du télétravail est devenu un sujet d’actualité brûlant depuis que la France est entrée en reconfinement.

France/Suisse: des attentes similaires en termes de télétravail?

À partir d’une double enquête réalisée au cours de cet été auprès d’un échantillon représentatif de 500 décisionnaires d’entreprise et de 1’000 ménages en Suisse, Wüest Partner vient de publier une étude dans laquelle il a analysé l’organisation du travail au sein des entreprises qui prévalait avant la crise sanitaire et celle qui pourrait être envisagée après [1]. Dans cette étude, le cabinet international de conseil dans l’immobilier effectue également une quantification des besoins exprimés en matière de surfaces de travail et de design des espaces. À l’instar de la Suisse, plusieurs études ont également commencé à évaluer l’impact du confinement sur l’environnement de travail en France. Parmi elles, on retrouve l’enquête des groupes Kardham, Savills et plus récemment celle réalisée par Perial AM en collaboration avec l’Institut IPSOS [2]. La plupart de ces études n’ont pas la prétention à être un sondage représentatif de la population globale, mais leur objectif est de présenter des tendances globales sans prendre en compte certaines spécificités.

L’engouement pour le télétravail se confirme …

Qu’il s’agisse de la France ou de la Suisse, l’engouement pour le télétravail se confirme nettement. Alors que la pratique régulière du télétravail a été minoritaire avant le premier confinement (entre 8% et 12% des personnes interrogées pour la Suisse et entre 7.5% à 25% des effectifs pour la France) [3], le travail à distance depuis le domicile lors du confinement a été perçu positivement aussi bien chez les salariés que les employeurs (avec 75% resp. 44% d’entre eux qui souhaitent recourir davantage au télétravail après la crise, côté Suisse). Les chiffres sont encore plus éloquents pour la France: cette part s’élève à 80% pour les répondants selon la dernière étude du Groupe Kardham et à 87% pour les décisionnaires interrogés par Savills.




… mais il est moins favorable à l’épanouissement des jeunes travailleurs

Un bémol est toutefois à apporter dans ce bilan positif que dressent ces études sur l’expérience du télétravail: il semblerait que des différences entre les personnes vivant seules et les parents soient fortes dans les échantillons. Par exemple, pour la Suisse, les ménages avec enfants souhaitent télétravailler en moyenne deux jours et demi dans la semaine contre un seulement pour les célibataires. Si la qualité de vie des couples a augmenté pendant le confinement grâce à une économie sur le temps de transport, une meilleure gestion du rythme quotidien entre vie privée et vie professionnelle, et à un environnement de travail à domicile plus propice en termes d’aménagement, les célibataires émettent certaines réserves sur l’utilisation du télétravail intégral. L’accès à une pièce de travail qui soit adéquate pour télétravailler depuis la maison constitue en effet un frein majeur pour eux (par manque d’espace ou de moyens financiers, 60% contre 31% pour les couples avec enfants). Ensuite, c’est le manque d’épanouissement faute d’échanges directs et informels avec les collègues de travail qui rend les célibataires moins enclins à télétravailler (90% contre 80% pour les couples avec enfants). Pour la France, Kardham constate également des différences d’expériences entre les parents et les « non-parents » dans son étude.




Le télétravail révolutionnera-t-il le bureau de demain?

2020 sera certainement l’année où nous aurions passé une grande partie de notre temps à la maison, confinés entre quatre murs. Et pour beaucoup d’entre nous, le télétravail nous a permis de prendre suffisamment de recul pour porter un regard critique sur notre propre logement. Cette nécessité s’est imposée à de nombreux ménages en Suisse mais également en France. Le télétravail pourrait également révolutionner le bureau de demain. Il influencera les stratégies futures des entreprises avec des bureaux qui seront, à l’avenir, peut-être moins grands, mais certainement mieux pensés et mieux placés pour satisfaire les besoins individuels des collaborateurs. Un mixte entre bureaux cloisonnés, espaces collaboratifs et de concentration pourrait répondre à cette demande. Sans oublier le coworking qui pourrait venir compléter l’éventail possible de tous ces modes d’organisation de travail, avec à la clé un ancrage plus local et donc plus proche des lieux de vie des collaborateurs.

Quelles seront les perspectives si la crise sanitaire devient endémique?

Alors que c’était encore un mode de travail nouveau pour 4 français sur 10 au printemps dernier pendant le (premier) confinement [4], le télétravail intégral est appelé à durer au moins jusqu’à la fin de l’année. C’est du moins la volonté du ministère du Travail français de maintenir à domicile les employés dont le poste le permet 5 jours sur 5 pour enrayer cette deuxième vague. Ce reconfinement suscite d’ailleurs bien des questions sur l’impact psychologique du télétravail des salariés (isolement, anxiété, burn-out). Ce qui pourrait bien changer la donne, car on pourrait assister à un exode urbain avec des collaborateurs qui vont délaisser les grandes métropoles pour aller se confiner en banlieue ou bien à la campagne et télétravailler au « vert ». Avec ce deuxième confinement, le bureau de demain doit incarner cette nouvelle normalité dans laquelle nous entrons : favoriser le bien-être des collaborateurs en leur offrant un mode de travail leur permettant d’être productifs, innovants et créatifs, tout en maintenant le lien social et les échanges sans oublier l’accessibilité, la technologie et la connectivité (audio, vidéo et internet). Nouvelles aspirations, nouveaux défis mais aussi nouvelles opportunités….

Source

[1] Édition d’automne de l’Immo-Monitoring parue le 22 octobre 2020.
[2] Pour l’étude Perial AM, 661 employés de bureau ont été interrogés sur la base d’un échantillon représentatif de la population française de 2’000 personnes âgées de 18 ans et plus entre le 21 et le 23 octobre 2020. L’étude du groupe Kardham a été réalisée de mars à août, auprès d’un échantillon de 3’050 collaborateurs de huit entreprises françaises du tertiaire. Le panel des réponses indique une répartition équilibrée au niveau géographique (Île-de-France et Province) et par genre (homme/femme). L’étude de Savills se base sur les réponses d’une centaine de chefs d’entreprises (utilisatrices de bureaux principalement installées dans les grandes agglomérations françaises) et de deux cents salariés.
[3] Le détail des chiffres pour la France sont les suivants: 7.5% des répondants pour Kardham, 18% des salariés télétravaillaient en moyenne 0.4 jour par semaine selon Perial AM/Ipsos et au plus un quart des effectifs concernés par le télétravail qui se limitait au maximum à une journée hebdomadaire pour Savills.
[4] Étude du Think Thank Terra Nova.


Plus d’informations

Vous trouverez plus d’informations sur le thème du télétravail dans Immo-Monitoring 2019| 1 (édition d’automne). Ce édition peut être commandé ici.

Un autre article en français sur la durabilité et l’immobilier peut être trouvé ici.


Auteur

Dragana Djurdjevic

Dragana Djurdjevic

Director chez Wüest Partner depuis 2018 (collaboratrice depuis 2006); Dr. oec. HSG; principaux domaines d’activité: recherche, modélisation et estimation de modèles des prix (méthode hédoniste et construction d’indices des prix immobiliers), responsable de mandats publics pour le canton de Genève, d’analyses de marchés avec thèmes spécifiques en rapport avec l’actualité et activités d’enseignement en tant qu’intervenant «externe».
dragana.djurdjevic@wuestpartner.com

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahren Sie mehr darüber, wie Ihre Kommentardaten verarbeitet werden .