Léman Express et Grand Paris Express: l’impact des infrastructures

C'est le Léman Express

Depuis le 15 décembre 2019, le Léman Express (LEX) est entré en service. Il s’agit du plus grand réseau ferroviaire régional transfrontalier d’Europe. Il donnera une nouvelle dynamique au Grand Genève. Attendu depuis quelques décennies maintenant, il va non seulement changer les habitudes de déplacement dans tout l’espace franco-valdo-genevois, mais il aura une répercussion sur le marché immobilier des deux côtés de la frontière.

De manière similaire, le Grand Paris Express (GPE) représente le plus grand projet d’infrastructure d’Europe. Paris, l’une des plus grandes métropoles internationales; Genève un pôle économique international de premier plan. Apparemment, deux agglomérations très différentes mais qui présentent pourtant de nombreuses similitudes liées à ces deux grands projets d’infrastructure et de mobilité.


C'est le Léman Express


Deux agglomérations d’échelles différentes…

Métropole dense et urbaine de 131 communes, le Grand Paris compte aujourd’hui 7,2 millions d’habitants qui se concentrent sur 800 km2. Selon les projections de l’Insee [1], la population devrait atteindre 12 millions d’habitants en 2030 (+60%). Par ailleurs, 8,5 millions de voyageurs empruntent quotidiennement les transports publics en Ile-de-France. À titre de comparaison, le Grand Genève réunit 212 communes de l’espace franco-valdo-genevois et ses 920’000 habitants se répartissent sur un espace 2,5 fois plus grand (2’000 km2). D’après l’OCSTAT [2], on s’attend à une croissance démographique de +20% d’ici 2030. En termes de mobilité, le Grand Genève représente plus de 550’000 déplacements quotidiens.

…mais deux grands projets de transports publics ambitieux:

Malgré ces différences structurelles, ces deux agglomérations se rejoignent sur deux projets de transports publics ambitieux et de grande envergure qui pourraient figurer parmi les plus importants de ces dernières décennies: le Grand Paris Express (GPE) et le Léman Express (LEX).

Quelques chiffres-clef:

  • GPE: 205 kms de nouvelles lignes desservant 68 gares avec 7 lignes de RER/métro.
  • LEX: 45 gares franco-suisses reliées sur 230 kms de lignes via un réseau de 6 lignes ferroviaires.

Avec le GPE, 90% des Franciliens habiteront à moins de 2 km d’une gare à moyen terme et 2 millions de voyageurs seront attendus chaque jour sur ce nouveau réseau. Le LEX permettra à 80% des genevois d’habiter à moins de 1,5 km d’une gare et 50’000 voyageurs pourront emprunter ce nouveau réseau chaque jour.

Avec l’arrivée du GPE et du LEX, les temps de parcours seront réduits aussi bien pour les franciliens que pour les genevois. Par exemple, l’itinéraire gare Saint-Lazare – Saint-Denis-Pleyel qui représente un parcours de 8 km est actuellement effectué en 18 minutes selon la RATP. Ce temps de trajet passerait à 10 minutes en 2030 avec l’extension de la ligne 14 du métro. Côté France et Suisse voisines, pour un parcours équivalent de 8 km, la ligne L4 permet depuis hier de relier la ville d’Annemasse au quartier des « Eaux-Vives » de la ville de Genève en 8 minutes contre un temps de trajet de 30 minutes, il y a encore quelques jours.


C'est le Grand Paris Express


Quelle est l’évolution des prix le long du réseau?

La tension du marché que connaissent les villes de Paris et de Genève depuis un certain nombre d’années maintenant, a « poussé » de nombreux ménages à s’installer en périphérie où le logement est beaucoup plus abordable. En effet, si on suit l’évolution des prix le long la ligne L4 du LEX et la ligne 14 du GPE, on constate par exemple qu’un appartement de 70 m2 se loue à près de 1’100 CHF/mois en ville d’Annemasse contre 2’300 CHF/mois aux Eaux-Vives (zone libre), soit plus du double. De façon similaire, un ménage francilien devra débourser 2’280 CHF/mois pour se loger près de la gare Saint-Lazare, soit presque deux fois plus qu’à Saint-Denis Pleyel (1’200 CHF/mois, voir infographie).

Et comment ces derniers pourraient-ils évoluer ?

Ces deux grands projets d’infrastructure faciliteront les déplacements de nombreux ménages modestes franciliens et genevois. Pour autant, ce rapprochement franco-suisse et banlieue-capitale parisienne changera-t-il la donne sur le marché résidentiel ? Pourra-t-on parler d’alternative à la pénurie de logements qui frappe Genève et Paris ou bien au contraire, les prix du marché résidentiel risquent-ils de flamber aux abords des villes françaises frontalières et des gares franciliennes desservies par ces nouvelles lignes? Par exemple, en Haute-Savoie le prix des appartements a progressé de 3,5% [3] en un peu plus d’un an avant la mise en service du LEX, c’est le cas d’Annemasse pour laquelle la ligne L4 pèse déjà sur les prix immobiliers.

 

[1] Insee = Institut national de la statistique et des études économiques.

[2] Ocstat = Office cantonal de la statistique.

[3] Selon la dernière étude du magazine «Eco Savoie Mont-Blanc»

 


Informations

  • Pour plus d’informations sur le Léman Express, cliquez ici.
  • Vous trouverez ici des informations sur l’évolution des prix de l’immobilier en Suisse.

Auteurs

Dragana Djurdjevic

Director depuis 2018 (collaboratrice depuis 2006); Dr. oec. HSG; principaux domaines d’activité: recherche, modélisation et estimation de modèles des prix (méthode hédoniste et construction d’indices des prix immobiliers), responsable de mandats publics pour le canton de Genève, d’analyses de marchés avec thèmes spécifiques en rapport avec l’actualité et activités d’enseignement en tant qu’intervenant «externe».
dragana.djurdjevic@wuestpartner.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.